Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 juin 2012 4 07 /06 /juin /2012 19:00

http://www.nomepierdoniuna.net/wp-content/uploads/Cosmopolis-Poster.jpg

Quatrième film de la compétition officielle du dernier Festival de Cannes, le nouvel opus du canadien David Cronenberg, "Cosmopolis", était attendu au tournant (après le très moyen "A Dangerous Method") et est le grand initiateur de la transformation de l'ancien vampire mièvre de "Twilight" Robert Pattinson, une transformation longtemps espéré et mérité pour le jeune acteur qui se révèle beaucoup plus éxigeant ; et qui a beaucoup dérouté le public et la critique car, c'est vrai, ce nouveau Cronenberg se concentre sur les dialogues , et vu l'absurdité de ces mêmes dialogues, c'est très compréhensible d'être repoussé par le film mais au fond, c'est un film plus intelligent et complexe que je ne pouvais m'imaginer a première vue !

 

http://www.cinemovies.fr/images/data/photos/11540/cosmopolis-2012-11540-1648528971.jpg

Adapté du roman éponyme de Don DeLillo , le scénario raconte la journée infernale d'un jeune milliardaire de la finance égocentrique et paranoiaque qui veut se faire une nouvelle coupe et va devoir traverser un New-York en proie au chaos et la confusion pendant la venue du Président des Etats-Unis, le tout vécu dans sa limousine haut de gamme ou les rencontres s'enchainent mais ne se ressemble jamais , un huis-clos qui prone un anti-capitalisme absolu et total , l'anarchie du système capitaliste se ressent dans les dialogues, des dialogues absurde qui explique l'impact du libéralisme sur la société et sur ses composants, représenté par le personnage d'Eric Parker, anti-héros passionnant et déclinant petit a petit dans une folie sordide et profonde !

 

http://cdn-premiere.ladmedia.fr/var/premiere/storage/images/cinema/photos-film/photos-acteur/cosmopolis-2736262/cosmopolis/51715090-1-fre-FR/Cosmopolis_portrait_w858.jpg

Acteur livide idole des filles qui va en finir avec cette maudite saga en fin d'année , Robert Pattinson est d'une éxigeance surprenante (positive), une performance aussi glaciale que parfaite : il a parfaitement compris la personnalité particulièrement instable d'Eric Parker et peut enfin estimer que sa reconversion a vraiment bien commencé ! S'asseyant a la chaine sur les banquettes en cuir de la limousine, les seconds rôles restent souvet durant une seule scène, comme un excellent Paul Giamatti triste et prêt a tout, une Juliette Binoche très... radicale, un Matthieu Amalric comme un petit moment d'humour et de légèreté dans ce tumulte, un Kevin Durand parfaitement taillé pour son rôle de garde du corps ou encore la jeune Sarah Godon, aussi froide que séduisante !

Sans rejoindre les extrêmes qu'on lui connait (il semble légèrement se calmer depuis "A History Of VIolence" en 2005) , le canadien David Cronenberg assume le côté théatre filmé de sa mise en scène mais ce style qui peut-être très gênant ne l'est pas, puisque Cronenberg arrive a donner du rythme et de la fluidité dans les longues scènes de dialogues qui s'enchainent non-stop, une série de rencontres qui parfois fait décrocher le spectateur par la longueur mais la force et l'intelligence du propos reste malgré tout !

Un oeuvre très spéciale, très absurde et complexe mais intelligente, troublante et porté par un brillant R.Pattz !

 

Note : 4/5

Partager cet article

Published by SuperMadara - dans Critiques : Drame
commenter cet article

commentaires